Alimentation, sédentarité, hérédité, âge…

Pour prévenir le diabète

Vivez équilibré

Semaine nationale de prévention – 1er au 8 juin 2018

Vous êtes concernés ? Contribuez aux

Prévenir les risques de diabète

Prévenir les risques de diabète

Les actions 2018

Les actions 2017

Rester informé

[TÉMOIGNAGE] Julie : "Bonjour, j’ai 20 ans et il y a
trois ans on m’a diagnostiqué un diabète de type 1. J’ai bien vécu l’annonce sur le moment, mais 1 an après je n’ai plus supporté cette maladie. Cette maladie est encore vécue comme « honteuse » pour beaucoup de personnes, le regard des gens, les réflexions comme « ah oui, tu as mangé trop de bonbon quand tu étais petite ». Alors que tout ça est faux. C’est une maladie qui vous tombe dessus du jour au lendemain, une maladie injuste qui change votre vie pour toujours. Sous prétexte que les gens ne voient pas votre maladie physiquement, ils pensent que cela est simple. Au contraire, c’est d’autant plus douloureux car tout se passe à l’intérieur et personne ne semble comprendre qu’au quotidien c’est pesant et handicapant. Cela fait 3 ans que je suis DID et j’ai encore du mal à le dire ouvertement sans ressentir une gène profonde alors que je n’y suis pour rien et que ce n’est pas une honte. Cependant je n’ose plus faire mes piqures en public, par peur du regards des autres ou car je n’ai pas envie de raconter mon histoire et répondre aux questions.. « Ah tu te piques ? C’est quoi? Ça fait combien de temps? Mais c’est que tu manges trop de sucre? Tu fais combien de piqures par jour? Ça fait mal? » Et j’en passe... Parfois les gens ne se rendent pas compte que leurs questions sont indiscrètes et nous font ressentir que nous sommes différents par rapport à eux. J’aimerais avoir vos avis, et peut être le témoignage de personnes qui sont dans mon cas."
#diabète #DT1 #préjugés
... En savoir plusEn savoir moins

[TÉMOIGNAGE] Julie : Bonjour, j’ai 20 ans et il y a 
trois ans on m’a diagnostiqué un diabète de type 1. J’ai bien vécu l’annonce sur le moment, mais 1 an après je n’ai plus supporté cette maladie. Cette maladie est encore vécue comme « honteuse » pour beaucoup de personnes, le regard des gens, les réflexions comme « ah oui, tu as mangé trop de bonbon quand tu étais petite ». Alors que tout ça est faux. C’est une maladie qui vous tombe dessus du jour au lendemain, une maladie injuste qui change votre vie pour toujours. Sous prétexte que les gens ne voient pas votre maladie physiquement, ils pensent que cela est simple. Au contraire, c’est d’autant plus douloureux car tout se passe à l’intérieur et personne ne semble comprendre qu’au quotidien c’est pesant et handicapant. Cela fait 3 ans que je suis DID et j’ai encore du mal à le dire ouvertement sans ressentir une gène profonde alors que je n’y suis pour rien et que ce n’est pas une honte. Cependant je n’ose plus faire mes piqures en public, par peur du regards des autres ou car je n’ai pas envie de raconter mon histoire et répondre aux questions.. « Ah tu te piques ? C’est quoi? Ça fait combien de temps? Mais c’est que tu manges trop de sucre? Tu fais combien de piqures par jour? Ça fait mal? » Et j’en passe... Parfois les gens ne se rendent pas compte que leurs questions sont indiscrètes et nous font ressentir que nous sommes différents par rapport à eux. J’aimerais avoir vos avis, et peut être le témoignage de personnes qui sont dans mon cas.
#diabète #DT1 #préjugés

 

Comment on Facebook

Je me retrouve dans ton témoignage, c est une maladie de « merde » qui ne se voit pas. Les gens l oublient facilement, les proches, les collègues...je me dis des fois si elle se voyait, l entourage serait différent, je n en suis plus sure maintenant. Les gens sont égoïstes de plus en plus indifférent. Tu es jeune, jolie comme tout. Cette maladie on l a à vie, il faut apprendre à vivre avec , cela fait pour moi plus de 20 ans de diabète et parfois je suis comme toi j en peux plus et à d autres moments je me dis qu on est des « Warriors » qu on arrive à gérer seule nos hypos, nos hypers et ça c est déjà une victoire. Courage

je suis maman d'une petite fille de 7 ans qui a un diabète depuis bientôt 5 ans. C'est en parlant ouvertement du diabète que les gens deviennent moins pénibles. Il n'y a pas de honte et il faut leur expliquer la différence entre le D1 et D2. Après dis toi bien que c'est une maladie pas facile à gérer mais on vit très bien avec. Le plus dur est l'acceptation et pas que pour toi crois moi. Et oui tu es différente parce que nous le sommes tous avec ou sans maladie. Courage ne lâche rien.

Faut accepter que les gens soient curieux ou simplement ignorants , c'est normal et c'est justement en leur expliquant que nous pouvons leur faire comprendre la complexité de la maladie .Et la honte n'est pas lié à leur regard , mais à celui que toi tu portes sur toi .

Pour une fois un témoignage qui nous ressemble... c’est exactement ça La pompe à insuline m’a permis plus de liberté et de discrétion Mais malheureusement pour beaucoup le diabète est forcément lié à la malbouffe ou à un choc émotionnel... c’est une maladie qui ne s’explique pas, qui ne se soigne pas... se compense tout juste

Moi quand j'ai eu le diagnostique je me suis juste dit "bon ben il faudra que je me fasse une piqûre pour manger et que j'évite le sucre..." rien de plus. En rentrant chez moi j'ai déchanté.... ça n'étais pas si mathématique que ça et surtout c'était tout le temps qu il fallait surveiller les haut et les bas.... un pas de trop et c'était la cata... un repas en retard... des hypos à 2h du matin avec les vieux traitements... Je n'avais pas repris l'école que mon moral était au plus bas. Puis le retour en cours fut encore une épreuve, les camarades qui ne comprenaient pas que je mange du sucre ("humm elle n'a plus droit au sucre elle est folle ??") ou les hypos qui me ramolissaient meme les profs me faisaient des remarques... ou encore a la cantine difficile de faire comprendre qu il faut passer devant les autres car on peut pas attendre....! Je parle pas des "oh mais c'est degueulasse" face à moi qui me vérifie discrètement ou me fait une injection sous la table.... c'était une période pas facile. Et puis j'ai grandi, jai rencontré des gens intelligents et j'ai tourné le dos aux autres. J'étais plus aussi entourée mais je ne m'enervais plus. Parfois il faut faire du vide. Aujh c'est différent je vis bien mieux avec la maladie (même si des jours c'est plus dur...) d'une part les traitements ont changé, même les lecteurs sont devenus capteurs ce qui permet d anticiper et d autre part j'ai acquis plus de connaissance sur la maladie et je me connais mieux. Je combats plus facilement la maladie qu avant et je me sens donc moins frustrer. Voilà pour moi après 20 ans. Bon courage à tous il faut laisser le temps au temps et on vit mieux les choses.

Diabétique type un depuis 5 ans et sa va bien je fait même mon insuline à table dans les restaurants partout j'ai pas de problème c les autres qui on un problème pas moi et voilà bonne journée bizz

bonjour, mon mari est dans le même cas à peu près. ..il a fait un déni de la maladie, fait n'importe quoi parce qu'il voulait être comme tout le monde parce que mal entouré et éduqué dans le sens où il faut rentrer dans le moule...ça l'a conduit à rendre son diabète instable avec des hypo qui ont demandées l'intervention des pompiers, l'injection de glucagen, l'arrêt de son travail, bref sa vie et celle de son entourage qui s'écroule. ...alors n'ai pas honte ! soit toi même

Je me retrouve dans ton témoignage également ... Et pourtant , on est forte même si on ne veut pas le croire ou qu'on ne le sait pas 😇 Et puis il y a le soutien de tout un autre tas de personne tu sais 🤗 Et puis notre santé en dépend donc force a toi 😇

Cela m'est tombé dessus également un an après ma retraite...insuline, piqûres, etc. ...Au début, légère panique, mais à présent je gère ça très bien, et c'est vrai que c'est un handicap gênant pour voyager, pour certaines sorties, mais il faut relativiser... je préfère ça que d'autres maladies bien plus grave... j'ai perdu plusieurs amis d'un Cancer ces 2 dernières années... Donc, restons positifs, avec une activité physique et un bon suivi glycémique, on vie presque normalement.

Moi je suis did depuis 21ans, je rentrais en 6eme quand j'ai appris ce douloureux diagnostic, c'est ma mère qui a voulu que je fasse des examens plus poussés car je buvais des litre et des litres d'eau par jour et je fondais comme neige au soleil je suis passer de 57kilo a 40kilos en 3semaines. Au depart ça allait je faisais ce qu'on me disait je faisais mes 9dextro(glycemies) de la journee, je mangeais pas a la cantine, car ma mere me préparais des plateaux avant qu'elle parte au travail, les années on t passer et le diabète se faisait de plus en plus lourd dans ma vie comme au college, jme cachais dans les toilettes pour controler mon taux de sucre, des que cetait trop bas, je n'avais pas besoin de délégué de classe je courais a l'infirmerie,. Bref c'etait avant, en grandissant j'ai voulu mettre mon diabète, de coté, j'ai commencer par manger a n'importe quelle heure, a manger n'importe quoi meme les interdits, a ne pas faire mes injections a l'heure, a plus respecter le protocole, tout sa m'a valu de nombreuses hospitalisations pour Acicetose diabétique, des fois provoquées comme appels au secours, d'autres fois a cause de médicament pa adapter au diabète mais qui soignaient mes rhinopharyngites, A 19ans(7ans de deni total) je me suis dis stop, j'en ai marre j'arrete de me mettre en danger de mort, sa suffit(sa c'était lors de ma 9eme et derniere hospitalisation-ts) au cours de cette annee, j'ai rencontrer des psy, des dieteticiennes, des médiateurs, (pour communiquer avec moi sa en devenait tellement compliquer que cetait necessaire) jai repris mon diabète en main en 2010depuis je ne suis presque plus hospitaliser pour le diabète, (sauf pour mes grossesses, eh oui je suis maman de 2enfants débordants d'energie) c sur c'etait encore une epreuvre a passer ya environ 3mois ou l'on fait des hypos a repetitions, apres les nausées durent jusqu'a 4mois et demi, et ensuite c'es plus soft, question suivi tant que c'est rigoureux sa passe) Aujourdhui ça va beaucoup mieux mais il est vrai que ce n'est pas une partie de plaisir, il y a des avancées, on avance avec la technologie, on se dit qu'il y a pire, c'est souvent ce qui remonte un tou petit peu le moral, mais l'essentiel c'est d'etre entourée et d'avoir des gens qui nous acceptent avec le diabète car il fait partie de nous meme si on ne lui a pas demander de venir a nous, le truc c'est d'adapter le diabète a sa vie et pas le contraire... Maintenant je mange de tout meme sucré et je m'en sors bien, il faut profiter meme si il y a quelque restrictions, car lacher du leste sur son diabète ne veut plus dire faire n'importe quoi. J'espere que sa vous aidera. Bises

On n'a pas choisi d'être atteint d'une telle ou telle maladie ,certe qu'on trouve du mal a vivre comme les autres , et c'est une maladie epuisante autant sur le côté physique que psychique ,et c'est la raison pour laquelle on doit se protéger de toute influence negative , et d'admettre que ça peut toucher n'importe quelle personne, tu es toute belle et ne laisse surtout pas la vision des autres te nuire à l'intérieur

Je suis maman d'un enfant de 30ans et qui est diabétique de type 1 depuis l'âge de 11ans je comprends parfaitement ce que vous ressentez car pas plus tard que la semaine dernière il a dit à sa diabèto qu'il ne l'acceptait toujours pas et les gens qui ne comprennent pas que ce type de diabète ce n'est pas à cause du sucre qu'ils s'informent avant de dire n'importe quoi c'est pénible. Courage à vous.

Je suis maman d une fille de 17 ans et je comprends ce que vous ressentez. Pour ma fille cela fait 5 ans qu elle est dans le déni et n accepte pas la maladie. Elle essai de se battre au quotidien contre cette maladie qui n est pas simple. Je vous souhaite bon courage

Bonjours Julie, moi sa fait 8 ans et je ressens encore tout se que tu as dit... courage à toi car il en faut...

Laisse tous ces ignorants et vis ta vie . Tu es jeune , mignonne et tu à l avenir devant toi. Oui comme je viens de le lire , c est une maladie de merde . Mais au fur et a mesure on arrive a vivre avec . Avance et ne t occupe pas de ce que disent les gens . Vie ta vie . Pique toi sans aucun complexe . Tu peux toujours répondre à tous ces ignorants qui n y connaissent rien . Mais au ils n oublient pas tous , que c est la maladie du siècle et que le nombre de diabétique sera bientôt multiplié par 3 . Alors dit leur bien ma petite que si ils sont tranquille maintenant , il ont beaucoup de chance de le devenir a leur tour. Ça ne préviens pas quand ça arrive . Et surtout je le répète vis ta vie petite et laisse de côté ce que pensent tous ces ignorants .

Bonjour Julie,je suis diabétique type 1 depuis l'âge de 5 ans.Cela fait donc 32 ans que j'ai cette maladie. C'est sûrement plus simple pour moi car je l'ai eu étant enfant. Aujourd'hui je n'ai aucuns soucis car je prends les remarques a la rigolade,et mes collègues en joue également. Des que je dis des conneries,on dit que c'est parce que je suis en hypo 🤪. On en rigole et ça passe plutôt bien. Ne te cache pas,ce n'est pas a toi d'avoir honte. Bon courage. Arnaud

Je suis maman de DID et votre témoignage m’a beaucoup touché, cette maladie est injuste, compliquée à gérer, parfois sournoise et incompréhensible mais je pense qu’elle vous fait grandir Gardez courage, vous n’êtes que plus fort de surmonter tout ce que cette maladie impose.

Bonjour, je suis passée exactement par les mêmes étapes que vous did à 21 ans ça vous tombe dessus sans prévenir, diagnostic, déni, acceptation, envie de tout arrêter, conduite alimentaire risquée, et j'en passe, aujourd'hui j'ai bien évoluée j'avoue même que je commence a aimer cette maladie, car elle fait partie de moi, elle m'a fait grandir, prendre conscience que la vie est belle et courte et que les autres ne comprennent pas notre souffrance donc je m'efforce de leur expliquer. J'ai aussi mis du temps à accepter la pompe mais je regrette d'avoir été aussi difficile à convaincre ! J'ai même eu mon premier bébé cette année à 40 ans avec une grossesse épanoui et une hémoglobine au top pendant 9 mois

Pas de honte a avoir julie ! Bien contraire . Tu es belle et forte et ... diabetique et alors !!!!???? Je te fais de gros bisous

je suis diabétique depuis 4ans... ignore tout le monde et vie ta vie comme tu veut... bon courage 😊

On s'en fou du regard des autres. J'ai 28ans et diabètique depuis l'âge de 8ans. Je me pique 4fois par jour. Après quand on me pose des questions concernant le diabète je prend le temp de leurs expliqués la maladie, de répondre à leurs questions (il n'y a pas de questions à la con). Et une fois qu'ils ont des réponses à leurs questions, leur point de vue change. Puis certaines réponses à leurs questions leurs permettras d'aider d'autres personnes (dans le diagnostic d'un diabète, dans les complications du à un diabète, dans des solutions pour l'amélioration de leur diabète). Prend le temp de leurs expliqués, car dit toi que tu sauves peut-être des vies.

On passe tous par là mais rassure toi ça va te passer j’ai mis trois à accepter cette maladie ! Maintenant je suis sous pompe et c’est un confort de vie ! Et je me fous des préjugés des gens ! Vis ta vie comme tu en as envie !

Tu sais moi je pense que si les gens posent ces questions c’est parce qu’ils ne connaissent pas cette maladie. Et je pense que les gens ne l’oublie pas que tu es diabétique, je le sais par expérience. Donc courage je sais que ce n’est pas évident tout les jours mais il faut continuer de vivre et de profiter.

je m"appelle Camille et j'ai 10 ans ma maman m'encourage à t'envoyer ce message car je suis diabétique type 1 comme beaucoup de gens depuis 4 ans, j'ai lu ton texte et c'est idem pour moi à l'école mais je suis très forte grâce à ma famille je te fais pleins de bisous et bon courage et sois forte 🙂

Pour moi cela fait dix ans que j'ai découvert cette maladie. j'ai exactement le même ressenti que vous. j'ai encore beaucoup de mal à accepter. Parfois même avoir envie de tout plaquer. Parfois même incomprise...😥 courage à vous

+ View more comments

A 3 semaines du départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe🌊 Nicolas Jossier - Navigateur nous envoie un message de résilience fort "Ce qui nous touche peut nous rendre plus fort...pour toujours partir de l'avant..." #RDR2018 #ManOrga
cc France Lymphome Espoir Agitées du Bocage
... En savoir plusEn savoir moins

 

Comment on Facebook

Bravo Belle course

Lors d'un symposium organisé au dernier congrès de l’American Diabetes Association les spécialistes se sont penchés sur les troubles de l’humeur associés au diabète. Y a notamment été évoquée la « détresse diabétique » qui survient souvent lors de l’annonce de la maladie, la peur de ses symptômes et de ses complications possibles. Les patients concernés accumulent souvent d'autres facteurs de risque cardiovasculaires comme le tabagisme et la sédentarité. L’étude MESA (Multi-Ethnic Study Of Atherosclerosis) montre d’ailleurs que les patients diabétiques de type 2 présentent 50 % de risque supplémentaire de développer une dépression dans les 3 ans après le diagnostic, comparativement à des personnes sans diabète. A l'inverse, les sujets dépressifs augmentent leur risque de diabète de 21 %. A lire aussi ➡ bit.ly/2PCHkVu #diabète #dépression ... En savoir plusEn savoir moins

Lors dun symposium organisé au dernier congrès de l’American Diabetes Association les spécialistes se sont penchés sur les troubles de l’humeur associés au diabète. Y a notamment été évoquée la « détresse diabétique » qui survient souvent lors de l’annonce de la maladie, la peur de ses symptômes et de ses complications possibles. Les patients concernés accumulent souvent dautres facteurs de risque cardiovasculaires comme le tabagisme et la sédentarité. L’étude MESA (Multi-Ethnic Study Of Atherosclerosis) montre d’ailleurs que les patients diabétiques de type 2 présentent 50 % de risque supplémentaire de développer une dépression dans les 3 ans après le diagnostic, comparativement à des personnes sans diabète. A linverse, les sujets dépressifs augmentent leur risque de diabète de 21 %.                           A lire aussi ➡ http://bit.ly/2PCHkVu #diabète #dépression

 

Comment on Facebook

Les variations glycémiques à elles seules suffisent à nous chambouler l'humeur le temps de quelques heures... On le lit peu mais entre nous on se rend compte qu on réagit tous un peu pareil...

Les termes" absolument faux" sont excessifs et non étayés. Lorsque vous apprenez à plus de 60 ans, ce qui est tres rare, que vous êtes atteints d'un diabete de type 1 alors que jusque là vous etiez en pleine forme et sportif, et que tout semble s'ecrouler surtout que la neuropathie commence à vous atteindre, je vous prie de croire que la depression arrive très vite!!!! Je suis aussi de plus en plus persuadé, ayant discuté avec mes psys, qu'en sens inverse, le stress intense joue un grand rôle sur le dysfonctionnement de l'organisme et notamment du pancreas,puisque c'est bien de lui dont il s'agit. Apres....sur le plan scientifique...avons vous et moi la légitimité pour lancer des affirmations indiscutables? Nous ne sommes que les malades, les cobayes!

Je pense que tous les diabétiques ont forcément des moments de déprime et baisse de moral, c'est 1 maladie qui nous accompagne 24H/24H....365j sur 365.....elle ne nous laisse jamais de repis, même si les traitements ont nettement évolués, nous sommes constamment obligés de faire attention.

La détresse a lieu dans toute la vie d’un diabétique T1, qu’il soit stable ou non! (Je n’ai pas inclus les T2 car je ne sais pas ce que c’est vu que je suis T1)

Quand on vit dans le deni , on culpabilise. Quand on assume sa maladie et qu on fait tout pr la stabiliser mais qu elle n en fait qu a sa tete , on deprime ... pas facile la vie avec cette maladie. Courage a nous tous

Cela fait bientôt 30 que je suis diabétique, on a diagnostiqué mon diabète de type 1 lors de mes 17 ans, depuis ma vie a basculée...J'ai sombré très vite dans la dépression, je n'ai rien vue venir, elle s'est installée petit à petit , j'avais un travail qui me plaisait mais très vite je m'en suis détaché, dans un premier temps j'ai été hospitalisé dans le service de diabéto, puis j'ai vu en consultation un psychologue puis un psychiatre après quelques jours je suis rentré chez moi, une TS à mon actif heureusement que mes parents étaient présent ce jour là, très vite je me suis retrouvé de nouveau hospitalisé en diabéto puis pour finir en hôpital psy et depuis je suis sous traitement avec des consultations régulières...

Il faut surtout arrêter de s'apitoyer sur soi même. Je suis diabétique depuis l'âge de 11 ans. Et j'en ai 54. Pas facile du tout mais j'ai toujours vécu comme tout le monde et je compte bien continuer même si c'est difficile tous les jours. . On se bat et on avance avec la joie de vivre ! Courage à tous ❤

42 ans de diabète de type 1 dépression à 50ans mon permis de conduire est en jeux

C est bien pour cela qu il faut discuter parler un maximum pour être entendu et d être compris même si cela et compliquer car les personnes de nos jours pense chacun a soit bien dommage

Et si plus qu'un problème psychologique dû au diagnostic et à la lourdeur de la maladie, c'était le mauvais équilibre du microbiote intestinal qui serait la cause de la dépression et au passage des comportements alimentaires inadaptés à la maladie malgré la bonne volonté du patient et sa conscience de devoir bien faire pour rester en bonne santé.

Vrai mais les autres Diab peuvent déprimer aussi pour les mêmes ou différentes raisons

Déni, Acceptation et Deuil... comment dire? C’est facile dans la théorie ! Mais à mettre en application dans la vraie vie!!! Bon courage et bonne soirée

Mais non moi g l'impression ta ke mon fils qui subi sa Kan j'en parle le diabète c normal on vi très bien déjà moi je me tue a voir mon fils malade et jme s'en encore plus mal d'entendre kon vi très bien avec une vie normale ouai x vrai apprendre a 13 piges kon ai malade a vie ouuu ouuu super

Il y a "l'écoeurement diabétique" quand t'en a marre du diabète ! La pompe à trimbaler, le capteur qui gratte, qui décolle, qui s'accroche dans le cadre de porte, les glycémie en dent de scie.. j'en ai souvent marre 😒même si on me dit que les avancées sont super! M'en fout, né marre...

Complètement vrai Je suis à plat toute ma journée et des que je mange une pâtisserie je retrouve le sourire et la forme

Oui je suis de votre avis mais il faut les trouver les personnes à l écoute pas simple

Arnaud, j’ai besoin d’un câlin 🤗

Je suis diabetique 💥Courage a tous💕

Cest tres tres difficile par moment les gens ne se rendent pas compte 😭

Moi j'ai le moral c simple tu ne pensse pas à ton diabète tu pensse à vivre c tout bon courage

+ View more comments

Plus

Rester informé

[TÉMOIGNAGE] Julie : "Bonjour, j’ai 20 ans et il y a
trois ans on m’a diagnostiqué un diabète de type 1. J’ai bien vécu l’annonce sur le moment, mais 1 an après je n’ai plus supporté cette maladie. Cette maladie est encore vécue comme « honteuse » pour beaucoup de personnes, le regard des gens, les réflexions comme « ah oui, tu as mangé trop de bonbon quand tu étais petite ». Alors que tout ça est faux. C’est une maladie qui vous tombe dessus du jour au lendemain, une maladie injuste qui change votre vie pour toujours. Sous prétexte que les gens ne voient pas votre maladie physiquement, ils pensent que cela est simple. Au contraire, c’est d’autant plus douloureux car tout se passe à l’intérieur et personne ne semble comprendre qu’au quotidien c’est pesant et handicapant. Cela fait 3 ans que je suis DID et j’ai encore du mal à le dire ouvertement sans ressentir une gène profonde alors que je n’y suis pour rien et que ce n’est pas une honte. Cependant je n’ose plus faire mes piqures en public, par peur du regards des autres ou car je n’ai pas envie de raconter mon histoire et répondre aux questions.. « Ah tu te piques ? C’est quoi? Ça fait combien de temps? Mais c’est que tu manges trop de sucre? Tu fais combien de piqures par jour? Ça fait mal? » Et j’en passe... Parfois les gens ne se rendent pas compte que leurs questions sont indiscrètes et nous font ressentir que nous sommes différents par rapport à eux. J’aimerais avoir vos avis, et peut être le témoignage de personnes qui sont dans mon cas."
#diabète #DT1 #préjugés
... En savoir plusEn savoir moins

[TÉMOIGNAGE] Julie : Bonjour, j’ai 20 ans et il y a 
trois ans on m’a diagnostiqué un diabète de type 1. J’ai bien vécu l’annonce sur le moment, mais 1 an après je n’ai plus supporté cette maladie. Cette maladie est encore vécue comme « honteuse » pour beaucoup de personnes, le regard des gens, les réflexions comme « ah oui, tu as mangé trop de bonbon quand tu étais petite ». Alors que tout ça est faux. C’est une maladie qui vous tombe dessus du jour au lendemain, une maladie injuste qui change votre vie pour toujours. Sous prétexte que les gens ne voient pas votre maladie physiquement, ils pensent que cela est simple. Au contraire, c’est d’autant plus douloureux car tout se passe à l’intérieur et personne ne semble comprendre qu’au quotidien c’est pesant et handicapant. Cela fait 3 ans que je suis DID et j’ai encore du mal à le dire ouvertement sans ressentir une gène profonde alors que je n’y suis pour rien et que ce n’est pas une honte. Cependant je n’ose plus faire mes piqures en public, par peur du regards des autres ou car je n’ai pas envie de raconter mon histoire et répondre aux questions.. « Ah tu te piques ? C’est quoi? Ça fait combien de temps? Mais c’est que tu manges trop de sucre? Tu fais combien de piqures par jour? Ça fait mal? » Et j’en passe... Parfois les gens ne se rendent pas compte que leurs questions sont indiscrètes et nous font ressentir que nous sommes différents par rapport à eux. J’aimerais avoir vos avis, et peut être le témoignage de personnes qui sont dans mon cas.
#diabète #DT1 #préjugés

 

Comment on Facebook

Je me retrouve dans ton témoignage, c est une maladie de « merde » qui ne se voit pas. Les gens l oublient facilement, les proches, les collègues...je me dis des fois si elle se voyait, l entourage serait différent, je n en suis plus sure maintenant. Les gens sont égoïstes de plus en plus indifférent. Tu es jeune, jolie comme tout. Cette maladie on l a à vie, il faut apprendre à vivre avec , cela fait pour moi plus de 20 ans de diabète et parfois je suis comme toi j en peux plus et à d autres moments je me dis qu on est des « Warriors » qu on arrive à gérer seule nos hypos, nos hypers et ça c est déjà une victoire. Courage

je suis maman d'une petite fille de 7 ans qui a un diabète depuis bientôt 5 ans. C'est en parlant ouvertement du diabète que les gens deviennent moins pénibles. Il n'y a pas de honte et il faut leur expliquer la différence entre le D1 et D2. Après dis toi bien que c'est une maladie pas facile à gérer mais on vit très bien avec. Le plus dur est l'acceptation et pas que pour toi crois moi. Et oui tu es différente parce que nous le sommes tous avec ou sans maladie. Courage ne lâche rien.

Faut accepter que les gens soient curieux ou simplement ignorants , c'est normal et c'est justement en leur expliquant que nous pouvons leur faire comprendre la complexité de la maladie .Et la honte n'est pas lié à leur regard , mais à celui que toi tu portes sur toi .

Pour une fois un témoignage qui nous ressemble... c’est exactement ça La pompe à insuline m’a permis plus de liberté et de discrétion Mais malheureusement pour beaucoup le diabète est forcément lié à la malbouffe ou à un choc émotionnel... c’est une maladie qui ne s’explique pas, qui ne se soigne pas... se compense tout juste

Moi quand j'ai eu le diagnostique je me suis juste dit "bon ben il faudra que je me fasse une piqûre pour manger et que j'évite le sucre..." rien de plus. En rentrant chez moi j'ai déchanté.... ça n'étais pas si mathématique que ça et surtout c'était tout le temps qu il fallait surveiller les haut et les bas.... un pas de trop et c'était la cata... un repas en retard... des hypos à 2h du matin avec les vieux traitements... Je n'avais pas repris l'école que mon moral était au plus bas. Puis le retour en cours fut encore une épreuve, les camarades qui ne comprenaient pas que je mange du sucre ("humm elle n'a plus droit au sucre elle est folle ??") ou les hypos qui me ramolissaient meme les profs me faisaient des remarques... ou encore a la cantine difficile de faire comprendre qu il faut passer devant les autres car on peut pas attendre....! Je parle pas des "oh mais c'est degueulasse" face à moi qui me vérifie discrètement ou me fait une injection sous la table.... c'était une période pas facile. Et puis j'ai grandi, jai rencontré des gens intelligents et j'ai tourné le dos aux autres. J'étais plus aussi entourée mais je ne m'enervais plus. Parfois il faut faire du vide. Aujh c'est différent je vis bien mieux avec la maladie (même si des jours c'est plus dur...) d'une part les traitements ont changé, même les lecteurs sont devenus capteurs ce qui permet d anticiper et d autre part j'ai acquis plus de connaissance sur la maladie et je me connais mieux. Je combats plus facilement la maladie qu avant et je me sens donc moins frustrer. Voilà pour moi après 20 ans. Bon courage à tous il faut laisser le temps au temps et on vit mieux les choses.

Diabétique type un depuis 5 ans et sa va bien je fait même mon insuline à table dans les restaurants partout j'ai pas de problème c les autres qui on un problème pas moi et voilà bonne journée bizz

bonjour, mon mari est dans le même cas à peu près. ..il a fait un déni de la maladie, fait n'importe quoi parce qu'il voulait être comme tout le monde parce que mal entouré et éduqué dans le sens où il faut rentrer dans le moule...ça l'a conduit à rendre son diabète instable avec des hypo qui ont demandées l'intervention des pompiers, l'injection de glucagen, l'arrêt de son travail, bref sa vie et celle de son entourage qui s'écroule. ...alors n'ai pas honte ! soit toi même

Je me retrouve dans ton témoignage également ... Et pourtant , on est forte même si on ne veut pas le croire ou qu'on ne le sait pas 😇 Et puis il y a le soutien de tout un autre tas de personne tu sais 🤗 Et puis notre santé en dépend donc force a toi 😇

Cela m'est tombé dessus également un an après ma retraite...insuline, piqûres, etc. ...Au début, légère panique, mais à présent je gère ça très bien, et c'est vrai que c'est un handicap gênant pour voyager, pour certaines sorties, mais il faut relativiser... je préfère ça que d'autres maladies bien plus grave... j'ai perdu plusieurs amis d'un Cancer ces 2 dernières années... Donc, restons positifs, avec une activité physique et un bon suivi glycémique, on vie presque normalement.

Moi je suis did depuis 21ans, je rentrais en 6eme quand j'ai appris ce douloureux diagnostic, c'est ma mère qui a voulu que je fasse des examens plus poussés car je buvais des litre et des litres d'eau par jour et je fondais comme neige au soleil je suis passer de 57kilo a 40kilos en 3semaines. Au depart ça allait je faisais ce qu'on me disait je faisais mes 9dextro(glycemies) de la journee, je mangeais pas a la cantine, car ma mere me préparais des plateaux avant qu'elle parte au travail, les années on t passer et le diabète se faisait de plus en plus lourd dans ma vie comme au college, jme cachais dans les toilettes pour controler mon taux de sucre, des que cetait trop bas, je n'avais pas besoin de délégué de classe je courais a l'infirmerie,. Bref c'etait avant, en grandissant j'ai voulu mettre mon diabète, de coté, j'ai commencer par manger a n'importe quelle heure, a manger n'importe quoi meme les interdits, a ne pas faire mes injections a l'heure, a plus respecter le protocole, tout sa m'a valu de nombreuses hospitalisations pour Acicetose diabétique, des fois provoquées comme appels au secours, d'autres fois a cause de médicament pa adapter au diabète mais qui soignaient mes rhinopharyngites, A 19ans(7ans de deni total) je me suis dis stop, j'en ai marre j'arrete de me mettre en danger de mort, sa suffit(sa c'était lors de ma 9eme et derniere hospitalisation-ts) au cours de cette annee, j'ai rencontrer des psy, des dieteticiennes, des médiateurs, (pour communiquer avec moi sa en devenait tellement compliquer que cetait necessaire) jai repris mon diabète en main en 2010depuis je ne suis presque plus hospitaliser pour le diabète, (sauf pour mes grossesses, eh oui je suis maman de 2enfants débordants d'energie) c sur c'etait encore une epreuvre a passer ya environ 3mois ou l'on fait des hypos a repetitions, apres les nausées durent jusqu'a 4mois et demi, et ensuite c'es plus soft, question suivi tant que c'est rigoureux sa passe) Aujourdhui ça va beaucoup mieux mais il est vrai que ce n'est pas une partie de plaisir, il y a des avancées, on avance avec la technologie, on se dit qu'il y a pire, c'est souvent ce qui remonte un tou petit peu le moral, mais l'essentiel c'est d'etre entourée et d'avoir des gens qui nous acceptent avec le diabète car il fait partie de nous meme si on ne lui a pas demander de venir a nous, le truc c'est d'adapter le diabète a sa vie et pas le contraire... Maintenant je mange de tout meme sucré et je m'en sors bien, il faut profiter meme si il y a quelque restrictions, car lacher du leste sur son diabète ne veut plus dire faire n'importe quoi. J'espere que sa vous aidera. Bises

On n'a pas choisi d'être atteint d'une telle ou telle maladie ,certe qu'on trouve du mal a vivre comme les autres , et c'est une maladie epuisante autant sur le côté physique que psychique ,et c'est la raison pour laquelle on doit se protéger de toute influence negative , et d'admettre que ça peut toucher n'importe quelle personne, tu es toute belle et ne laisse surtout pas la vision des autres te nuire à l'intérieur

Je suis maman d'un enfant de 30ans et qui est diabétique de type 1 depuis l'âge de 11ans je comprends parfaitement ce que vous ressentez car pas plus tard que la semaine dernière il a dit à sa diabèto qu'il ne l'acceptait toujours pas et les gens qui ne comprennent pas que ce type de diabète ce n'est pas à cause du sucre qu'ils s'informent avant de dire n'importe quoi c'est pénible. Courage à vous.

Je suis maman d une fille de 17 ans et je comprends ce que vous ressentez. Pour ma fille cela fait 5 ans qu elle est dans le déni et n accepte pas la maladie. Elle essai de se battre au quotidien contre cette maladie qui n est pas simple. Je vous souhaite bon courage

Bonjours Julie, moi sa fait 8 ans et je ressens encore tout se que tu as dit... courage à toi car il en faut...

Laisse tous ces ignorants et vis ta vie . Tu es jeune , mignonne et tu à l avenir devant toi. Oui comme je viens de le lire , c est une maladie de merde . Mais au fur et a mesure on arrive a vivre avec . Avance et ne t occupe pas de ce que disent les gens . Vie ta vie . Pique toi sans aucun complexe . Tu peux toujours répondre à tous ces ignorants qui n y connaissent rien . Mais au ils n oublient pas tous , que c est la maladie du siècle et que le nombre de diabétique sera bientôt multiplié par 3 . Alors dit leur bien ma petite que si ils sont tranquille maintenant , il ont beaucoup de chance de le devenir a leur tour. Ça ne préviens pas quand ça arrive . Et surtout je le répète vis ta vie petite et laisse de côté ce que pensent tous ces ignorants .

Bonjour Julie,je suis diabétique type 1 depuis l'âge de 5 ans.Cela fait donc 32 ans que j'ai cette maladie. C'est sûrement plus simple pour moi car je l'ai eu étant enfant. Aujourd'hui je n'ai aucuns soucis car je prends les remarques a la rigolade,et mes collègues en joue également. Des que je dis des conneries,on dit que c'est parce que je suis en hypo 🤪. On en rigole et ça passe plutôt bien. Ne te cache pas,ce n'est pas a toi d'avoir honte. Bon courage. Arnaud

Je suis maman de DID et votre témoignage m’a beaucoup touché, cette maladie est injuste, compliquée à gérer, parfois sournoise et incompréhensible mais je pense qu’elle vous fait grandir Gardez courage, vous n’êtes que plus fort de surmonter tout ce que cette maladie impose.

Bonjour, je suis passée exactement par les mêmes étapes que vous did à 21 ans ça vous tombe dessus sans prévenir, diagnostic, déni, acceptation, envie de tout arrêter, conduite alimentaire risquée, et j'en passe, aujourd'hui j'ai bien évoluée j'avoue même que je commence a aimer cette maladie, car elle fait partie de moi, elle m'a fait grandir, prendre conscience que la vie est belle et courte et que les autres ne comprennent pas notre souffrance donc je m'efforce de leur expliquer. J'ai aussi mis du temps à accepter la pompe mais je regrette d'avoir été aussi difficile à convaincre ! J'ai même eu mon premier bébé cette année à 40 ans avec une grossesse épanoui et une hémoglobine au top pendant 9 mois

Pas de honte a avoir julie ! Bien contraire . Tu es belle et forte et ... diabetique et alors !!!!???? Je te fais de gros bisous

je suis diabétique depuis 4ans... ignore tout le monde et vie ta vie comme tu veut... bon courage 😊

On s'en fou du regard des autres. J'ai 28ans et diabètique depuis l'âge de 8ans. Je me pique 4fois par jour. Après quand on me pose des questions concernant le diabète je prend le temp de leurs expliqués la maladie, de répondre à leurs questions (il n'y a pas de questions à la con). Et une fois qu'ils ont des réponses à leurs questions, leur point de vue change. Puis certaines réponses à leurs questions leurs permettras d'aider d'autres personnes (dans le diagnostic d'un diabète, dans les complications du à un diabète, dans des solutions pour l'amélioration de leur diabète). Prend le temp de leurs expliqués, car dit toi que tu sauves peut-être des vies.

On passe tous par là mais rassure toi ça va te passer j’ai mis trois à accepter cette maladie ! Maintenant je suis sous pompe et c’est un confort de vie ! Et je me fous des préjugés des gens ! Vis ta vie comme tu en as envie !

Tu sais moi je pense que si les gens posent ces questions c’est parce qu’ils ne connaissent pas cette maladie. Et je pense que les gens ne l’oublie pas que tu es diabétique, je le sais par expérience. Donc courage je sais que ce n’est pas évident tout les jours mais il faut continuer de vivre et de profiter.

je m"appelle Camille et j'ai 10 ans ma maman m'encourage à t'envoyer ce message car je suis diabétique type 1 comme beaucoup de gens depuis 4 ans, j'ai lu ton texte et c'est idem pour moi à l'école mais je suis très forte grâce à ma famille je te fais pleins de bisous et bon courage et sois forte 🙂

Pour moi cela fait dix ans que j'ai découvert cette maladie. j'ai exactement le même ressenti que vous. j'ai encore beaucoup de mal à accepter. Parfois même avoir envie de tout plaquer. Parfois même incomprise...😥 courage à vous

+ View more comments

A 3 semaines du départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe🌊 Nicolas Jossier - Navigateur nous envoie un message de résilience fort "Ce qui nous touche peut nous rendre plus fort...pour toujours partir de l'avant..." #RDR2018 #ManOrga
cc France Lymphome Espoir Agitées du Bocage
... En savoir plusEn savoir moins

 

Comment on Facebook

Bravo Belle course

Lors d'un symposium organisé au dernier congrès de l’American Diabetes Association les spécialistes se sont penchés sur les troubles de l’humeur associés au diabète. Y a notamment été évoquée la « détresse diabétique » qui survient souvent lors de l’annonce de la maladie, la peur de ses symptômes et de ses complications possibles. Les patients concernés accumulent souvent d'autres facteurs de risque cardiovasculaires comme le tabagisme et la sédentarité. L’étude MESA (Multi-Ethnic Study Of Atherosclerosis) montre d’ailleurs que les patients diabétiques de type 2 présentent 50 % de risque supplémentaire de développer une dépression dans les 3 ans après le diagnostic, comparativement à des personnes sans diabète. A l'inverse, les sujets dépressifs augmentent leur risque de diabète de 21 %. A lire aussi ➡ bit.ly/2PCHkVu #diabète #dépression ... En savoir plusEn savoir moins

Lors dun symposium organisé au dernier congrès de l’American Diabetes Association les spécialistes se sont penchés sur les troubles de l’humeur associés au diabète. Y a notamment été évoquée la « détresse diabétique » qui survient souvent lors de l’annonce de la maladie, la peur de ses symptômes et de ses complications possibles. Les patients concernés accumulent souvent dautres facteurs de risque cardiovasculaires comme le tabagisme et la sédentarité. L’étude MESA (Multi-Ethnic Study Of Atherosclerosis) montre d’ailleurs que les patients diabétiques de type 2 présentent 50 % de risque supplémentaire de développer une dépression dans les 3 ans après le diagnostic, comparativement à des personnes sans diabète. A linverse, les sujets dépressifs augmentent leur risque de diabète de 21 %.                           A lire aussi ➡ http://bit.ly/2PCHkVu #diabète #dépression

 

Comment on Facebook

Les variations glycémiques à elles seules suffisent à nous chambouler l'humeur le temps de quelques heures... On le lit peu mais entre nous on se rend compte qu on réagit tous un peu pareil...

Les termes" absolument faux" sont excessifs et non étayés. Lorsque vous apprenez à plus de 60 ans, ce qui est tres rare, que vous êtes atteints d'un diabete de type 1 alors que jusque là vous etiez en pleine forme et sportif, et que tout semble s'ecrouler surtout que la neuropathie commence à vous atteindre, je vous prie de croire que la depression arrive très vite!!!! Je suis aussi de plus en plus persuadé, ayant discuté avec mes psys, qu'en sens inverse, le stress intense joue un grand rôle sur le dysfonctionnement de l'organisme et notamment du pancreas,puisque c'est bien de lui dont il s'agit. Apres....sur le plan scientifique...avons vous et moi la légitimité pour lancer des affirmations indiscutables? Nous ne sommes que les malades, les cobayes!

Je pense que tous les diabétiques ont forcément des moments de déprime et baisse de moral, c'est 1 maladie qui nous accompagne 24H/24H....365j sur 365.....elle ne nous laisse jamais de repis, même si les traitements ont nettement évolués, nous sommes constamment obligés de faire attention.

La détresse a lieu dans toute la vie d’un diabétique T1, qu’il soit stable ou non! (Je n’ai pas inclus les T2 car je ne sais pas ce que c’est vu que je suis T1)

Quand on vit dans le deni , on culpabilise. Quand on assume sa maladie et qu on fait tout pr la stabiliser mais qu elle n en fait qu a sa tete , on deprime ... pas facile la vie avec cette maladie. Courage a nous tous

Cela fait bientôt 30 que je suis diabétique, on a diagnostiqué mon diabète de type 1 lors de mes 17 ans, depuis ma vie a basculée...J'ai sombré très vite dans la dépression, je n'ai rien vue venir, elle s'est installée petit à petit , j'avais un travail qui me plaisait mais très vite je m'en suis détaché, dans un premier temps j'ai été hospitalisé dans le service de diabéto, puis j'ai vu en consultation un psychologue puis un psychiatre après quelques jours je suis rentré chez moi, une TS à mon actif heureusement que mes parents étaient présent ce jour là, très vite je me suis retrouvé de nouveau hospitalisé en diabéto puis pour finir en hôpital psy et depuis je suis sous traitement avec des consultations régulières...

Il faut surtout arrêter de s'apitoyer sur soi même. Je suis diabétique depuis l'âge de 11 ans. Et j'en ai 54. Pas facile du tout mais j'ai toujours vécu comme tout le monde et je compte bien continuer même si c'est difficile tous les jours. . On se bat et on avance avec la joie de vivre ! Courage à tous ❤

42 ans de diabète de type 1 dépression à 50ans mon permis de conduire est en jeux

C est bien pour cela qu il faut discuter parler un maximum pour être entendu et d être compris même si cela et compliquer car les personnes de nos jours pense chacun a soit bien dommage

Et si plus qu'un problème psychologique dû au diagnostic et à la lourdeur de la maladie, c'était le mauvais équilibre du microbiote intestinal qui serait la cause de la dépression et au passage des comportements alimentaires inadaptés à la maladie malgré la bonne volonté du patient et sa conscience de devoir bien faire pour rester en bonne santé.

Vrai mais les autres Diab peuvent déprimer aussi pour les mêmes ou différentes raisons

Déni, Acceptation et Deuil... comment dire? C’est facile dans la théorie ! Mais à mettre en application dans la vraie vie!!! Bon courage et bonne soirée

Mais non moi g l'impression ta ke mon fils qui subi sa Kan j'en parle le diabète c normal on vi très bien déjà moi je me tue a voir mon fils malade et jme s'en encore plus mal d'entendre kon vi très bien avec une vie normale ouai x vrai apprendre a 13 piges kon ai malade a vie ouuu ouuu super

Il y a "l'écoeurement diabétique" quand t'en a marre du diabète ! La pompe à trimbaler, le capteur qui gratte, qui décolle, qui s'accroche dans le cadre de porte, les glycémie en dent de scie.. j'en ai souvent marre 😒même si on me dit que les avancées sont super! M'en fout, né marre...

Complètement vrai Je suis à plat toute ma journée et des que je mange une pâtisserie je retrouve le sourire et la forme

Oui je suis de votre avis mais il faut les trouver les personnes à l écoute pas simple

Arnaud, j’ai besoin d’un câlin 🤗

Je suis diabetique 💥Courage a tous💕

Cest tres tres difficile par moment les gens ne se rendent pas compte 😭

Moi j'ai le moral c simple tu ne pensse pas à ton diabète tu pensse à vivre c tout bon courage

+ View more comments

Plus