Alimentation, sédentarité, hérédité, âge…

Pour prévenir le diabète

Vivez équilibré

Semaine nationale de prévention – 1er au 8 juin 2018

Vous êtes concernés ? Contribuez aux

Prévenir les risques de diabète

Prévenir les risques de diabète

Les actions 2018

Les actions 2017

Rester informé

21/06/18

Fédération française des diabétiques

Quoi de neuf côté insulines ? ... En savoir plusEn savoir moins

 

Comment on Facebook

Je viens de passer de xultophy,( un an de galère avec prise de poids) à abalgasar, et Victoria, à voir,???qu'en pensez-vous

Victoza bien sûr

TÉMOIGNAGE] Béatrice, diabétique de type 1 et patient expert. « L’annonce du diabète est un vrai traumatisme : ça vous tombe sur la tête et sur la tête de vos parents, en l’occurrence de ma mère. Comme elle était maman solo, j’ai appris très vite à gérer ma maladie. J’ai grandi peut-être un peu plus vite que les autres enfants. Ce n’est pas simple de se dire qu’on va devoir se soigner et être vigilante toute sa vie, tous les jours et plusieurs fois par jour, sans jamais guérir. Jusqu’à mes 18 ans, j’ai été assez rigoureuse. Mais ensuite, une grande période de n’importe quoi a commencé qui a duré quatre à cinq ans. Je pense que je le paye aujourd’hui avec les complications auxquelles je fais face. En tant que patient expert, j’ai beaucoup réfléchi à ma maladie et aux différentes phases que l’on traverse notamment la transition entre le suivi dans un service pédiatrique et le suivi dans un service de diabétologie adulte. Le diabète marque la fin d’une certaine insouciance. À l’adolescence on aimerait être débarrassée de tant de contraintes, être comme les autres. D’où l’importance primordiale d’inclure un suivi psychologique. Avec le recul, c’est ce qui m’a manqué. Des temps d’échanges sur le vécu de la maladie et la gestion des émotions sont essentiels. Une amélioration du sentiment d’auto-efficacité et de confiance en soi a été prouvée après la participation à des séances de groupe. »
#diabète #dt1 #transition
Pour aller plus loin voir aussi nos articles dédiés à la transition de soin l'adolescent/jeunes adultes diabétiques :
bit.ly/2JUPF4p
bit.ly/2I8TUYl
... En savoir plusEn savoir moins

TÉMOIGNAGE] Béatrice, diabétique de type 1 et patient expert. « L’annonce du diabète est un vrai traumatisme : ça vous tombe sur la tête et sur la tête de vos parents, en l’occurrence de ma mère. Comme elle était maman solo, j’ai appris très vite à gérer ma maladie. J’ai grandi peut-être un peu plus vite que les autres enfants. Ce n’est pas simple de se dire qu’on va devoir se soigner et être vigilante toute sa vie, tous les jours et plusieurs fois par jour, sans jamais guérir. Jusqu’à mes 18 ans, j’ai été assez rigoureuse. Mais ensuite, une grande période de n’importe quoi a commencé qui a duré quatre à cinq ans. Je pense que je le paye aujourd’hui avec les complications auxquelles je fais face. En tant que patient expert, j’ai beaucoup réfléchi à ma maladie et aux différentes phases que l’on traverse notamment la transition entre le suivi dans un service pédiatrique et le suivi dans un service de diabétologie adulte. Le diabète marque la fin d’une certaine insouciance. À l’adolescence on aimerait être débarrassée de tant de contraintes, être comme les autres. D’où l’importance primordiale d’inclure un suivi psychologique. Avec le recul, c’est ce qui m’a manqué. Des temps d’échanges sur le vécu de la maladie et la gestion des émotions sont essentiels. Une amélioration du sentiment d’auto-efficacité et de confiance en soi a été prouvée après la participation à des séances de groupe. »
#diabète #dt1 #transition
Pour aller plus loin voir aussi nos articles dédiés à la transition de soin ladolescent/jeunes adultes diabétiques : 
☑ http://bit.ly/2JUPF4p
☑ http://bit.ly/2I8TUYl

 

Comment on Facebook

Comme je vous comprends ! Mais vous savez, c'est traumatisant à tout âge de se faire diagnostiquer un type 1! Moi qui ai un bail d'années de plus que vous, ça a été la cata en sens contraire! La tête dans le sable pendant des années, pas une analyse medicale alors que je sentais bien les symptômes du diabete! Je le gère bien depuis mon hospitalisation, par contre les complications sont là.. Neuropathie sérieuse, déprime du coup....enfin...on s'en sortira!

Je connais aussi la grande période de "n'importe quoi"... diabétique depuis 1996 (à l'âge de 12 ans), j'ai commencé à accepter la maladie en 2009 (à l'âge de 25 ans) quand j'ai adopté la pompe... maintenant, diabète équilibré et maman d'un petit garçon de 1 an en pleine forme 😊

Maman d’une petite fille diabétique depuis l’âge de 4 ans j’appréhende déjà le passage « n’importe quoi » 🙄😬... bonne continuation 🍀

Type 1 ça fait 29ans pompe à insuline neuropathie avec du courage je vis l'instant présent sans me soucier du lendemain courage à tous ceux qui me suivent

Ma fille a souvent envie decrocher elle ne le fait pas eta toute mon admiration pour continuer a l.assumer. sa maman

je suis diabétique type 2

A lire par les parents et ado diabétiques...

JE suis Novice j'aimerais me fais des amis ?

Carine Julie Musete 😘

+ View more comments

20/06/18

Fédération française des diabétiques

#EGDiabete: déjà près de 5 000 personnes ont déjà participé pour 1 000 propositions et plus de 1⃣1⃣0⃣0⃣0⃣ votes sur www.egdiabete.fr
✅Contribuez, la consultation se poursuit encore pendant 25 jours !
... En savoir plusEn savoir moins

#EGDiabete: déjà près de 5 000 personnes ont déjà participé pour 1 000 propositions et plus de 1⃣1⃣0⃣0⃣0⃣ votes sur www.egdiabete.fr 
✅Contribuez, la consultation se poursuit encore pendant 25 jours !Image attachment

Le Dr Ferrero, médecin conseiller à Direction Régionale Jeunesse et Sports en région PACA, met l'accent sur les futures Maisons Sport-Santé, évoque l'importance de l'activité physique dans le pré-diabète ainsi que dans les cas encore rares de "rémission" du diabète de type 2. #EGDiabete ... En savoir plusEn savoir moins

Plus

Rester informé

21/06/18

Fédération française des diabétiques

Quoi de neuf côté insulines ? ... En savoir plusEn savoir moins

 

Comment on Facebook

Je viens de passer de xultophy,( un an de galère avec prise de poids) à abalgasar, et Victoria, à voir,???qu'en pensez-vous

Victoza bien sûr

TÉMOIGNAGE] Béatrice, diabétique de type 1 et patient expert. « L’annonce du diabète est un vrai traumatisme : ça vous tombe sur la tête et sur la tête de vos parents, en l’occurrence de ma mère. Comme elle était maman solo, j’ai appris très vite à gérer ma maladie. J’ai grandi peut-être un peu plus vite que les autres enfants. Ce n’est pas simple de se dire qu’on va devoir se soigner et être vigilante toute sa vie, tous les jours et plusieurs fois par jour, sans jamais guérir. Jusqu’à mes 18 ans, j’ai été assez rigoureuse. Mais ensuite, une grande période de n’importe quoi a commencé qui a duré quatre à cinq ans. Je pense que je le paye aujourd’hui avec les complications auxquelles je fais face. En tant que patient expert, j’ai beaucoup réfléchi à ma maladie et aux différentes phases que l’on traverse notamment la transition entre le suivi dans un service pédiatrique et le suivi dans un service de diabétologie adulte. Le diabète marque la fin d’une certaine insouciance. À l’adolescence on aimerait être débarrassée de tant de contraintes, être comme les autres. D’où l’importance primordiale d’inclure un suivi psychologique. Avec le recul, c’est ce qui m’a manqué. Des temps d’échanges sur le vécu de la maladie et la gestion des émotions sont essentiels. Une amélioration du sentiment d’auto-efficacité et de confiance en soi a été prouvée après la participation à des séances de groupe. »
#diabète #dt1 #transition
Pour aller plus loin voir aussi nos articles dédiés à la transition de soin l'adolescent/jeunes adultes diabétiques :
bit.ly/2JUPF4p
bit.ly/2I8TUYl
... En savoir plusEn savoir moins

TÉMOIGNAGE] Béatrice, diabétique de type 1 et patient expert. « L’annonce du diabète est un vrai traumatisme : ça vous tombe sur la tête et sur la tête de vos parents, en l’occurrence de ma mère. Comme elle était maman solo, j’ai appris très vite à gérer ma maladie. J’ai grandi peut-être un peu plus vite que les autres enfants. Ce n’est pas simple de se dire qu’on va devoir se soigner et être vigilante toute sa vie, tous les jours et plusieurs fois par jour, sans jamais guérir. Jusqu’à mes 18 ans, j’ai été assez rigoureuse. Mais ensuite, une grande période de n’importe quoi a commencé qui a duré quatre à cinq ans. Je pense que je le paye aujourd’hui avec les complications auxquelles je fais face. En tant que patient expert, j’ai beaucoup réfléchi à ma maladie et aux différentes phases que l’on traverse notamment la transition entre le suivi dans un service pédiatrique et le suivi dans un service de diabétologie adulte. Le diabète marque la fin d’une certaine insouciance. À l’adolescence on aimerait être débarrassée de tant de contraintes, être comme les autres. D’où l’importance primordiale d’inclure un suivi psychologique. Avec le recul, c’est ce qui m’a manqué. Des temps d’échanges sur le vécu de la maladie et la gestion des émotions sont essentiels. Une amélioration du sentiment d’auto-efficacité et de confiance en soi a été prouvée après la participation à des séances de groupe. »
#diabète #dt1 #transition
Pour aller plus loin voir aussi nos articles dédiés à la transition de soin ladolescent/jeunes adultes diabétiques : 
☑ http://bit.ly/2JUPF4p
☑ http://bit.ly/2I8TUYl

 

Comment on Facebook

Comme je vous comprends ! Mais vous savez, c'est traumatisant à tout âge de se faire diagnostiquer un type 1! Moi qui ai un bail d'années de plus que vous, ça a été la cata en sens contraire! La tête dans le sable pendant des années, pas une analyse medicale alors que je sentais bien les symptômes du diabete! Je le gère bien depuis mon hospitalisation, par contre les complications sont là.. Neuropathie sérieuse, déprime du coup....enfin...on s'en sortira!

Je connais aussi la grande période de "n'importe quoi"... diabétique depuis 1996 (à l'âge de 12 ans), j'ai commencé à accepter la maladie en 2009 (à l'âge de 25 ans) quand j'ai adopté la pompe... maintenant, diabète équilibré et maman d'un petit garçon de 1 an en pleine forme 😊

Maman d’une petite fille diabétique depuis l’âge de 4 ans j’appréhende déjà le passage « n’importe quoi » 🙄😬... bonne continuation 🍀

Type 1 ça fait 29ans pompe à insuline neuropathie avec du courage je vis l'instant présent sans me soucier du lendemain courage à tous ceux qui me suivent

Ma fille a souvent envie decrocher elle ne le fait pas eta toute mon admiration pour continuer a l.assumer. sa maman

je suis diabétique type 2

A lire par les parents et ado diabétiques...

JE suis Novice j'aimerais me fais des amis ?

Carine Julie Musete 😘

+ View more comments

20/06/18

Fédération française des diabétiques

#EGDiabete: déjà près de 5 000 personnes ont déjà participé pour 1 000 propositions et plus de 1⃣1⃣0⃣0⃣0⃣ votes sur www.egdiabete.fr
✅Contribuez, la consultation se poursuit encore pendant 25 jours !
... En savoir plusEn savoir moins

#EGDiabete: déjà près de 5 000 personnes ont déjà participé pour 1 000 propositions et plus de 1⃣1⃣0⃣0⃣0⃣ votes sur www.egdiabete.fr 
✅Contribuez, la consultation se poursuit encore pendant 25 jours !Image attachment

Le Dr Ferrero, médecin conseiller à Direction Régionale Jeunesse et Sports en région PACA, met l'accent sur les futures Maisons Sport-Santé, évoque l'importance de l'activité physique dans le pré-diabète ainsi que dans les cas encore rares de "rémission" du diabète de type 2. #EGDiabete ... En savoir plusEn savoir moins

Plus